Qu’est-ce que le 3e pilier « assurance » ?

epargner

On parle de 3e pilier « assurance » lorsque vous souscrivez votre 3e pilier (3a ou 3b) auprès d’un assureur. Le contrat passé avec ce type d’établissement est profitable sur le long terme, mais il faut respecter des conditions parfois contraignantes.

3e pilier assurance et 3e pilier bancaire : quelles différences ?

Le 3e pilier suisse peut prendre deux formes : le 3e pilier 3a lié et le 3e pilier 3b libre. Le 3e pilier lié comporte des conditions spécifiques. Le 3e pilier libre est plus flexible. Ouvert à tous, même les personnes sans emploi, il peut être alimenté selon les possibilités du souscripteur.

Vous pouvez souscrire à un 3e pilier lié ou libre auprès d’un assureur. Par contre, seul le 3e pilier lié est disponible auprès des banques. Les conditions qui régissent l’épargne restent relativement les mêmes dans les deux types d’établissements, selon le type de troisième pilier souscrit(3a ou 3b). C’est le contrat qui présente des différences. En effet, le 3e pilier assurance est plus sûr, mais moins flexible, tandis que le 3e pilier bancaire est plus souple, mais soumis aux fluctuations économiques.

Lorsque vous souscrivez à un 3e pilier assurance, il faut s’acquitter des cotisations selon un rythme fixé à l’avance. La somme et la fréquence des versements sont bien déterminées, il faut les respecter. Cela permet de travailler durablement et en continu pour constituer votre capital. Dans une banque, le paiement est plus flexible et il faut beaucoup de discipline personnelle pour épargner une somme significative.

Les avantages du 3e pilier assurance

Comparativement au 3e pilier bancaire, le 3e pilier assurance offre plus de sécurité.

  • Le rendement du 3e pilier assurance est garanti par un taux fixe. Il est également possible d’effectuer des placements sur les marchés, mais ce type d’investissement n’est pas sans risque. Si vous souhaitez diversifier votre portefeuille, il est possible de signer un contrat mixte incluant un placement sécurisé à taux fixe et des placements sur le marché avec participation sur les bénéfices. Dans une banque, le taux d’intérêt n’est pas garanti, il va fluctuer avec la situation économique.
  • Le contrat inclut déjà une assurance risque. En cas d’arrêt de travail, l’assureur paie les primes à votre place pendant un certain temps, selon les conditions déterminées par le contrat. Dans une banque, il faut signer un autre contrat pour bénéficier de ces prestations.
  • Il existe un capital minimum garanti à l’échéance du contrat. Ainsi, même en cas de crise, vous êtes sûr de percevoir cette somme, qui est fixée dès la signature du contrat. Si l’assureur n’est pas en mesure de vous rembourser, le contrat est transféré chez une autre compagnie, ainsi vous êtes sûr de ne pas perdre votre argent.
  • Il existe également un capital garanti en cas de décès. Si le souscripteur meurt, ses bénéficiaires toucheront au minimum cette somme, qui est aussi fixée dès le départ.

Les inconvénients du 3e pilier assurance

Le principal inconvénient du 3e pilier assurance réside dans son manque de flexibilité, notamment au niveau du paiement et du retrait.

  • Il faut respecter scrupuleusement le rythme de versement fixé au départ. Toute modification (baisse ou augmentation du montant) donne lieu à des pénalités, et peut nécessiter de nouveaux examens de santé.
  • Il est impossible de récupérer le capital avant l’échéance du contrat. Si vous souhaitez retirer votre argent en urgence, vous ne percevez que la valeur de rachat. Celle-ci évolue au fil du temps, mais reste très inférieure à la somme épargnée pendant les 10 premières années.

Avec les conditions exigées et les prestations qui l’accompagnent, un contrat de 3e pilier assurance doit être envisagé sur le long terme. Il convient surtout aux personnes désirant épargner en vue de la retraite.

SOURCE : https://www.bsv.admin.ch/dam/bsv/fr/dokumente/themenuebergreifend/broschueren/Altersvorsorge_Basis.pdf.download.pdf/Altersvorsorge_Basis.pdf

 

Articlе Spоnsоrisé